RaphAstronome

lundi, 26 juin 2017

Internet dans les médias de janvier 2017 au 15 mai 2017

Voici une nouvelle version des mesures que j'effectues sur Internet dans les médias, principalement le journal télévisé de France 2 à 20h. La période considérée est surtout marquée par l'élection présidentielle en France.

Du neutre !

Chaque intervention est notée de -3 (article négatif exceptionnel) à +3 (article positif exceptionnel) en passant par des interventions plus classiques (-2 et 2), légers ou juste évoqués rapidement (-1 et 1). Les interventions neutres sont notées 0.

La répartition des sujets traités est très différente des dernières : points

On voit clairement une explosion du nombre d'articles ni positifs ni négatifs. C'est typiquement les politiques qui envoient des messages sur les réseaux sociaux et qui sont repris par les médias. La moyenne est de -0,48. C'est moins catastrophique que la précédente session (-0,65) mais reste très bas.

Les sujets

Le traitement des différants sujets se fait de la même manière que les analyses précédentes : circles

La politique !

Enfin autre chose d'autre que le terrorisme sur la plus grosse bulle du graphique ! Ce n'est pas très surprenant vu les élections présidentielles françaises et, pour l'international, Trump qui twitte énormément. Parmi les 48 interventions par les politiques j'ai noté 46 interventions en rapport avec un personnage politique, parti ou organisation divers. Une des interventions restantes est un commentaire très général. Pour l'autre je n'avais pas noté la personne concernée.

Voici la distribution des différentes interventions : comm politiques

En ce qui concerne la France c'est Fillon qui est le plus représenté. Cette surreprésentation est notamment liée à l'affaire qui a été largement commentée. Notez que ce nombre inclus les soutiens. Viennent ensuite les 3 autres plus gros candidats à la présidentielle (+ soutiens) : Le Pen, Macron et Mélanchon. Ces trois candidats ont un nombre d'interventions très proches. Finalement aucune autre personne ou organisation ne ressort vraiment.

Un quart des interventions sont liés à la politique des États-Unis où Trump est quasiment le seul à être représenté. Rien pour les autres pays.

Le terrorisme n'a toutefois pas disparu

Ce début 2017 n'a vu aucun attentat terroriste aussi massif que les années précédentes. La proportion des sujets en parlant diminue et avec eux les interventions annonçant l'usage d'outils informatique par des terroristes.

Les malwares et notamment WannaCry

Suite aux attaques du rançongiciel WannaCry des articles particulièrement effrayants ont été diffusés. Beaucoup sur les victimes et peu sur les moyens de sécuriser en pratique.

Conclusion

Sans surprise les médias français ont été très occupés par les politiques français et relaient également pas mal les twitts de Trump. Informatique plus politique donc. Toujours des risques liés à son usage à des fins de terreur mais en diminution. Un malware arrive à être le plus gros sujet du 20h mais le journal ne donne pas de conseils préventif utile.

samedi, 11 février 2017

Internet dans les médias, de juillet à décembre 2016

Comme précédemment sur ce blog, voici une nouvelle version de l'analyse "Internet dans les médias". La période concernée est de 6 mois et regroupe 216 interventions. Il s'agit principalement du journal de 20h sur France 2. Il y a aussi un peu des infos de la radio et d'autres chaînes et émissions. Pour rappel cette analyse n'est pas exhaustive mais a tout de même une forte chance d'être proche de la réalité en raison d'un nombre très conséquent d'observations.

De plus en plus négatif

Chaque intervention est notée de -3 (article négatif exceptionnel) à +3 (article positif exceptionnel) en passant par des interventions plus classiques (-2 et 2), légers (-1 et 1) ou même neutre (0).

Voici la répartition des sujets traités durant cette période :

Cette analyse voit une réduction des interventions vraiment positives (+2) avec 16 interventions soit 7% seulement.

Avec 3 interventions "+2" : le commerce mais aussi de la guerre contre Daesh ! Il s'agit en fait d'articles sur les reporters et les résistants qui utilisent le réseau pour montrer au monde la situation là bas.

Parmi les interventions "+2" nous avons aussi l'aide aux familles de victimes de terrorisme et la vie pratique. Dans une moindre mesure : le tourisme, le sport, la culture, les médias, l'éducation et l'agriculture.

La moyenne de toutes ces interventions est de -0,65. Un chiffre jamais atteint dans les analyses précédentes (-0,37 pour janvier/février et -0,30 pour la période mars à juin).

Pour information aucune intervention n'a été noté "+3" et ce depuis que j'utilises ce barème.

Les sujets

Pour représenter les interventions dans les différentes catégories je continues la technique des mini-camemberts qui le semble tout à fait appropriée. Les dernières catégories fourre tout comme "Violence [autres] et porn" ont normalement disparus.

Remarquez que les mises en catégorie est une opération qui reste compliquée. Des sujets peuvent parfois être un peu flous et pourrait être mis dans une autre catégorie. Lorsqu'il y a ambiguïté j'essaye de la mettre dans une catégorie qui me semble la plus à même d'être cohérente avec la vision qu'aurait une personne peu qualifiée en informatique.

Voici donc la répartition des interventions d'après leur sujet principal :

Le terrorisme

Comme on pourrait l'imaginer suite aux événements de l'été 2016 le sujet reste un sujet majeur et internet est très largement accusé d'offrir un support pour la propagande et l'organisation des crimes.

Un point assez intéressant est la citation très fréquente de l'application Telegram comme étant une plateforme très utilisée par les terroristes. Parfois on ce demande même à quoi pourrait servir cette application autrement que pour la criminalité. Si Daesh à choisi cette application au lieu d'une autre c'est d'après eux car elle est hautement sécurisée ("cryptée") et qu'elle est laxiste sur la gestion du problème. Il est vrai que les échanges sont chiffrés notamment les messages instantanés mais mis à part cela le modèle de sécurité utilisé est assez conventionnel et l'éditeur de Telegram ferme régulièrement des canaux signalés pour djihadisme.

Dernier point : la plupart des intervenants, journalistes mais surtout politiques parlent de "cryptage" ce qui n'est pas le terme correct pour désigner ce qu'ils veulent désigner : le chiffrement.

Petit mot sur Pokemon Go

Le phénomène Pokemon Go a bien sûr été couvert par les médias : la première fois que le sujet était traité (23/07) l'appli était montrée comme plutôt amusante même si quelques règles de sécurité doivent être respectés mais rien de trop flippant. Globalement ce sujet était plutôt positif et à été classé dans la catégorie "Jeux vidéo".

Par contre les 3 autres interventions que j'ai vu était clairement négatives : centrés sur le danger lié aux imprudences de certains et dans l'un des cas il était aussi question d'arènes mal placées comme à l'ossuaire de Duormon. Ces trois autres interventions qui ne parlent que du danger ont été mis dans la catégorie "Mise en danger utilisateur".

Notez que je n'ai pas vu de sujet relatif aux problèmes de vie privée que pose cette application.

Conclusion

La situation reste globalement assez semblable à celle des autres analyses faites en 2016 mais en pire. Très clairement les attentats de juillet ont largement contribué à aggraver la situation.

lundi, 5 septembre 2016

Temps consacré au terrorisme au 20h de France 2

Autre type de statistiques sur le journal télé de 20h sur France 2. J'ai visualisé les journaux sur les 3 semaines qui ont directement suivi l'attentat de Nice afin de savoir quelle est la proportion de temps consacré aux sujets traitant du terrorisme.

stats_terro.png

Les journaux sont très inégaux en durée. Avec le temps d'annonce des titres exclus les deux plus longs ont duré 54 min pour le lendemain de l'attentat de Nice (15/07) puis 46,7 min pour l'attaque de St Étienne du Rouvray (26/07). Le journal visualisé le plus court a duré 32,5 minutes le 03/08. La médiane de durée de JT est de 35,8 minutes.

Si les durées sont toutes comptabilisées hors annonce des titres c'est parce-que les titres sont de très courte durée et serait donc très difficile a noter sans y passer énormément de temps. De plus le temps consacré aux titres est très faible, environ 1,5 minutes à chaque fois donc cela me semble peu utile.

La non visualisation du journal du 24/07 était dû a ce que je n'ai pas pu regarder la télévision à ce moment là et qu'il n'était pas disponible sur le service Pluzz.

Autre problème constaté est que certains articles n'ont pas directement de lien avec le terrorisme mais peuvent éventuellement y faire allusion. Typiquement une agression qui était au départ soupçonné comme étant un acte terroriste s'est révélé le lendemain être l'acte un malade mental sans lien avec quelque organisation ou mouvement terroriste. Il y a aussi le cas des réfugiés provenant du moyen orient qui sont exagérément vus comme des terroristes potentiels. J'ai essayé de prendre en compte autant que possible la façon d'annoncer ces nouvelles pour distinguer ce qui sera considéré par le spectateur moyen comme relevant de la menace terroriste ou non mais la limite est floue et dépend grandement du spectateur lui même ce qui ne peux évidemment pas être pris en compte ici.

De manière générale la marge d'erreur dans les temps constatés est approximativement d'une minute mais je n'exclus pas que des JT ait des erreurs un peu plus grandes. Une erreur de plus de 3 minutes me semble toutefois improbable.

lundi, 11 juillet 2016

Internet dans les médias, de mars à juin 2016

Nouvelle version de l'analyse "Internet dans les médias" sur une période couvant cette fois 4 mois et 187 interventions dans les médias traditionnels, et tout particulièrement France 2. Cette analyse n'est pas exhaustive mais donne une bonne idée de ce que peut avoir un citoyen lambda comme information.

Le coté subjectif de chaque intervention

La méthode sur le contage des points est semblable à l'analyse précédente, pour rappel :

  • 3 : article positif important et complet.
  • 2 : article positif classique.
  • 1 : article positif bref ou secondaire.
  • 0 : des avantages et des inconvénients, neutre.
  • -1 : article négatif bref ou secondaire.
  • -2 : article négatif classique.
  • -3 : article négatif important et complet.

On obtient donc cette répartition :

Les articles négatifs sont traités en général plus gravement que les articles positifs. Ceci est assez logique vu que les médias ont tendance au spéculaire notamment en début de journal qui commence souvent par les mauvaise nouvelles. Mauvaises nouvelles plutôt massives durant cette période en raison principalement des attentats de Bruxelles.

La moyenne des notes est de -0,30 en légère amélioration par rapport à la moyenne de janvier-février où la moyenne était de -0,37.

Les sujets

Avec 187 sujets difficile de tout caser dans dans des catégories. Je me suis rendu compte que pour éviter d'avoir de grandes catégories "autres" qui ne veulent plus rien dire il me fallait présenter les chiffres autrement. Autre soucis certaines catégories ont du mal à être mixtes (positifs et négatifs) comme le commerce et l'emploi où Internet est à la fois une opportunité et un concurrent sérieux.

Devant le très grand nombre de catégories j'ai préféré les montrer sous forme de petits camemberts, un par catégorie. La surface de chaque camembert est en relation avec le nombre d'articles de la catégorie.

Voici comment se répartissent les interventions d'après leur sujet principal :

Les négatifs

Le terrorisme

Le terrorisme est au vu des événements un des sujets majeur des actualité. L'utilisation d'Internet par les terroristes est donc une préoccupation majeure, c'est même la catégorie la plus importante avec 28 interventions bien sûr souvent très négatives. D'un autre coté il y a des articles traitant de personnes dénonçant les attentats ou recherchant des proches via Internet. Ces cas, traités positivement ou de manière neutre, font l'objet de catégories annexes.

Les manifs

Les manifestations contre la loi El-Komeri ont été un sujet également très traité par les médias. Attention un article +2 en lien avec les manifestations a été mis dans la catégorie justice (il s'agit d'une vidéo ayant aidé à poursuivre un agresseur) mais mis à part cela le rôle d'Internet dans les manifestations est montré comme, au mieux, neutre.

La violence (hors terrorisme) et prono

Chantage à la vidéo compromettante, pornographie, harcèlement à l'école ou au travail utilisant Internet n'est pas une thématique particulièrement mise en valeur en nombre d'interventions mais elles sont particulièrement longues et complètes. Étonnamment aucune trace de pédophilie via Internet pourtant sujet si mis en valeur en 2007 avec 19% des interventions. Ceci confirme ce qui à déjà été constaté dans l'analyse de janvier et février.

Divers

Généralement des lors que cela parle d'argent les articles sont assez peu rassurants que ce soit pour les pratiques illégales (arnaques) ou légales mais immorales (optimisation fiscales). Leur nombre reste assez stable.

Le sujet des malwares et notamment des rançongiciels ont été évoqués.

Les neutres

L'emploi

À la fois source d'opportunités que de difficultés l'effet d'Internet sur l'emploi est affiché de manière assez partagée comme c'était déjà le cas précédemment.

Les positifs

Le commerce

Le commerce avait été évoquée positivement en janvier-février. C'est toujours de cas mais de manière moins nette. La concurrence d'Internet est rude et nombreux sont les commerces à s'en plaindre. Ceci est d'autant plus vrai que les commerçants du web ont tendance à l'optimisation fiscale (catégorie séparée). Le commerce reste toutefois une catégorie principalement positive avec seulement 25% d'articles négatifs. C'est la seconde catégorie sur le plan du nombre d'interventions avec 23 articles.

La citoyenneté

Quasi aux abonnés absents en janvier-février ce sujet revient principalement porté par les Panama papers et le Brexit. Il est aussi question de nuit debout, de Snowden et des résistants dans des dictatures.

Conclusion

La conclusion est assez semblable à l'analyse de janvier-février. Les catégories ont été ici détaillés bien plus finement mais le résultat global est similaire : vu par la télévision, Internet reste principalement dangereux et commercial avec un fatalisme assez prononcé.

dimanche, 20 mars 2016

Internet dans les médias, jan-fév 2016

En 2007 j'avais fait un billet sur l'image d'Internet véhiculée par la télévision et la radio et j'ai donc recommencé sur la période entre janvier et février 2016, le moindre chose que l'on peut dire c'est que cela a bien changé !

Tout d'abord quelques points sur la méthode

Contrairement à la dernière fois où je me suis contenté d'accumuler les observations puis à écrire l'article une fois qu'il y en a suffisamment (en l'occurrence 26 pour celle de 2007) j'ai décidé d'une période nette couvrant janvier et février avec juste une interruption du 1 au 7 février pour des raisons d'absence durant cette période.

De cette manière 59 interventions ont été notés et classés. Ils viennent pour la plupart du 20h de France 2.

Remarque importante :

Toutes ces stats ne sont pas exhaustives, je ne passe pas mon temps à noter chaque émission qui passe, a regarder toutes les informations. Bien sur tout ce qui est pub n'est pas pris en compte.

Le coté subjectif de chaque intervention

Contrairement à la dernière fois le coté subjectif de la présentation est noté :

  • une intervention neutre aura un score de 0,
  • une bonne nouvelle aura un score positif : +1, +2 voire +3 selon l'importance qui lui est donné,
  • une chose négative aura logiquement un score négatif -1, -2 voire -3.

Le choix du chiffre est relatif à l'importance de la nouvelle tel qu'elle peut être perçue par le spectateur :

  • 1 et -1 est une intervention brève ou secondaire ou que le lien avec Internet n'est pas forcément clair pour le grand public,
  • 2 et -2 lorsque l'on en parle plus longtemps et que c'est le thème principal de l'article,
  • Les scores de 3 et -3 réservés au cas où c'est tout une émission qui parle du sujet et/ou que ce dernier est présenté comme absolument capital

Quelques exemples :

  • Une émission complète d'Envoyé spécial sur les théories du complot notamment sur Internet : -3
  • Sujet sur le projet 1000 startups hi-tech, contre le chômage : +2
  • Diagnostic médical par smartphone : +1 car Internet n'est pas vraiment cité
  • Au Téléphone sonne (France Inter) un appelant parle de radicalisation par Internet : -1 car très bref et de la part d'un intervenant

Lorsque l'on compte tous les scores obtenus on obtient cette répartition :
score.png

On remarque tout de suite le peu d'interventions neutres mais aussi que si les interventions brèves sont bien réparties entre le positif et le négatif il n'en va pas de la même des interventions plus longues qui en général sont négatives.

Les sujets

Tout d'abord les sujets abordés sont radicalement différents de ce que l'on pouvait voir en 2007, au début j'ai tenté de récupérer la liste des thèmes de 2007 mais cela semble être impossible.

Voici comment se répartissent les interventions d'après leur sujet principal :

Et en pondérant les interventions d'après leur importance on obtient cette répartition. Cela devrait être une vision plus réaliste de la façon dont le spectateur perçoit l'info :

L'arrivée en force du terrorisme !

Comme vous pouvez bien le deviner suite aux événements de 2015 c'est les sujets sur le terrorisme qui prospèrent : en 2007 je n'ai noté qu'une intervention sur le sujet alors notée dans la catégorie générale "violence" plus éventuellement un autre qui parlait du piratage des équipements informatique par les forces de l'ordre. Début 2016 ce nombre à été démultiplié avec 22% des interventions !

Lorsque l'on regarde de plus près les chiffres ont ce rend compte de quelque chose de très surprenant : jusqu'au 15 janvier le sujet éclipsait tout le reste avec 10 interventions sur 21, presque la moitié du nombre total des interventions ! À partir du 16 janvier le niveau de sujets sur le terrorisme devient brutalement plus faible avec 3 interventions sur 38 soit 8% : un taux tout à fait raisonnable.

Je rappelle qu'il est question de voir la vision que donne les médias sur l'informatique, Internet et la hi-tech en général. Un sujet uniquement sur le terrorisme sans lien avec l'informatique ne sera pas comptabilisé.

Quasi disparition des deux anciennes catégories négatives principales :

La pédophilie qui était LE grand sujet négatif en 2007 à quasiment disparu des écrans et passe de 19% des intervention à une seule citation durant la période soit moins de 2% !

Les malwares et attaques était le second sujet d'inquiétude avec 15% des interventions et je n'en est pas revu ce début 2016 pourtant il y a de quoi faire avec les rançongiciels ! C'est dommage car des cas très graves de piratages ont eu lieu dernièrement et dans de nombreux cas seul la vigilance de la population peut faire la différence entre un piratage réussi ou un échec.

Autres sujets négatifs :

Arnaques, optimisation fiscales et fraude était déjà présents dans l'analyse de 2007 tout était alors regroupé dans "Arnaques sur Internet". Il n'y a pas eu de grand changements, peut être une légère diminution.

La manipulation sur Internet, théories du complots ont maintenant leur catégorie : cela reste raisonnable (4 interventions soit 7%). En 2007 aucun sujet de ce type n'à été noté.

Des sujets un peu plus neutres

Internet ce n'est pas seulement de grandes causes et de grands risques et certains thèmes sont influencés par Internet parfois positivement, parfois négativement :

  • L'emploi classique, le grand sujet pour le gouvernement de François Hollande qui a fait de la lutte contre le chômage une priorité. Le cas de l'économie numérique sera traitée séparément mais même pour l'emploi classique Internet est souvent considéré comme simplifiant les démarches et améliorant le dynamisme. Parfois des dérives sont dénoncés : difficultés pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec l'informatique, concurrence déloyale avec notamment l'exemple d'Uber. Globalement le bilan de cette catégorie est positive.
  • Usage par politiques, qui consiste en gros à dire que tel politique à fait une annonce via un twitt ou au contraire s'étonner de son silence sur les réseaux sociaux.
  • Technologie, la technologie de l'Internet en elle même : réseaux, informatique avec une fois un article assez catastrophiste sur l'intelligence artificielle.

L'Internet de contenu.

Cela comprend tout ce qui est commerce, partage, emploi hi-tech et contenu non marchand. Internet propose des opportunités et les médias le montrent dans un total de 15 interventions soit 25%. Si on prend cette catégorie comme un seul est même bloc on peut dire qu'il compte tout de même beaucoup même si les interventions sont en générale de faible durée ou présentés comme plus que secondaire.

Humanitaire et aide à la démocratie

Ces sujets sont abordés dans 2 cas : c'est faible mais pas inexistant. Dans les deux cas le sujet ce passe à l'étranger.

Conclusion

Les thèmes abordés en ce début 2016 sont très différents de ceux abordés en 2007 mais globalement le constat est tout de même assez sombre. Les opportunités liés à Internet sont uniquement relatives à l'économie et très peu sur le contenu. Les médias montrent un Internet principalement dangereux et surtout sans apporter de solution pour corriger les problèmes plutôt que les subir.

- page 1 de 2